Loading...

Salomé

Tout a commencé lorsque mon ami sculpteur Loïc Bodin m’a demandé d’entamer une réflexion commune sur la dichotomie entre le corps et l’esprit.

L’exposition « l’Âme au corps » de Jean Clair au Grand Palais en 1993 avait déjà posé des jalons importants et mis en évidence un développement vers l’immatérialité de la pensée créatrice  par  un parcours historique allant des écorchés de Fragonard à une vidéo très colorée des impulsions électriques cérébrales. Cette vidéo était de grande taille et constituait le mur du fond de l’exposition, comme un butoir au fond de la réflexion….

Beaucoup d’entre nous (visiteurs de cette exposition) ont gardé un souvenir inoubliable tant au niveau de la quantité et de la qualité des œuvres présentées mais surtout pour la qualité, la pertinence et l’érudition du propos de Jean Clair.

Il y a trois ans maintenant, le centre culturel de Saint Gaudens s’associe à notre réflexion.

Gaudens était un jeune berger qui fut décapité par les Wisigoths. Cette anecdote suffisait à légitimer le développement de notre recherche.

L’épisode de Salomé s’imposa et surtout ses conséquences sur la vie (et la mort…) de Jean Baptiste.

Bref rappel historique :

Hérode, qui n’était pas roi, mais simple gouverneur d’une province romaine, est marié avec sa belle sœur Hérodiase. Cette dernière a une fille dune grande beauté nommée Salomé.

Dans le même temps, Jean-Baptiste, cousin du Christ, prêche dans le désert la venue prochaine du Messie et critique ferme l’attitude d’Hérode.

Hérode ne déteste pas avoir des confrontations avec le prêcheur et trouve intéressante la discussion avec lui.

Hérodiase, par contre, n’apprécie guère cette situation car elle trouve que Jean-Baptiste porte ombrage à la toute puissance de son époux. Elle lui en fait part à de nombreuses reprises.

De son coté, Salomé  en pince sérieusement et silencieusement  pour Jean-Baptiste.

Hérode prépare alors une grande réception avec des personnages très importants. Hérodiase  lui conseille d’enfermer le prêcheur pour qu’il ne fasse pas trop de tapage pendant la cérémonie.

Hérode enferme donc Jean-baptiste tandis qu’Hérodiase  intrigue auprès de sa fille pour un terrible marché…

Echauffé par le banquet et lorgnant sur sa belle fille, Hérode insiste auprès d’elle pour qu’elle danse.

Le « roi », n’en pouvant plus, lance la phrase devant ses invités témoins : « …si tu danses pour nous Salomé, demande moi  ce que tu veux et je te l’accorderais… »

Salomé exécute alors la danse dite « des 7 voiles », première danse païenne qui n’est autre qu’un steap tease.

Hérode , ne pouvant perdre la face devant ses invités exhausse le souhait de Salomé :

La tête de Jean-Baptiste sur un plateau d’argent….

Cette histoire terrible a donné matière à bon nombre d’artistes de toutes époques. Elle est métaphorique sur plusieurs niveaux (en particulier psychanalytiquement….).

La pièce d’Oscar Wilde intitulée  « Salomé »  est particulièrement évocatrice des enjeux humains qui se trament.

De mon coté, j’ai resserré mon attention et ma réflexion sur l’expression populaire : « perdre la tête pour… ». La rencontre fortuite avec un modèle idéal à ce moment précis m’a permis de réaliser cette série de travaux photographiques.

J’ai utilisé un vieux procédé du milieu du 19e siècle pour fixer mes images sur le papier : la gomme bichromatée. Et, en amont, le collage numérique…alliant ainsi, encore une fois, les techniques archaïques à celles d’aujourd’hui.

Les images obtenues offrent au regard, un aspect « hors d’âge » nous faisant naviguer entre l’actualité sociologique et les premières photographies romantiques du 19e, en évitant soigneusement un excès d’hémoglobine qui évite de tomber dans une certaine vulgarité.

Ces images vont sans doute susciter quelques réactions, peut-être  même l’indignation.

Mais que dire de ce supplicié qui orne nos carrefours jusque dans le fin fond de nos campagnes ?….

Add your comment


85670 La Chapelle Palluau, France
06 61 21 09 29
pierreyvesgervais@hotmail.com