Loading...

Les nuques

Il fallut que je tombe en amour devant la nuque d’une des fileuses peintes par Velasquez, lors de ma visite au musée du Prado, pour que je prenne conscience que ce sujet est  sous mes yeux chaque jour lorsque j’enseigne le dessin ou la peinture.

De retour dans la salle de cours, j’ai entamé une série de dessins rapides, au trait, des nuques de mes élèves. Le dessinateur dessiné, un peu comme l’arroseur arrosé….

 Très vite, la peinture s’est installée pour prendre le relais du crayon qui avait déjà mis en évidence l’abstraction dans cette sélection du corps humain, simplifiant à l’extrême les traits pour en prélever l’essentiel…un peu comme le précepte mathématique : une « condition nécessaire et suffisante » pour que la chose existe.

La chevelure est traitée d’un pinceau agile et virevoltant alors que la carnation impose des accords chromatiques « maçonnés » et modelés  pour traduire quelques centimètres carrés de peau.

Le parti pris de ce point de vue par rapport au modèle, qui produit une sorte de « portrait-anti-portrait », ouvre la porte de l’imaginaire du spectateur… on  invente le visage, le corps, l’intention de la personne représentée avec une certaine dose d’érotisme mêlée.

Lorsqu’elles sont rassemblées, elles forment une foule nous tournant le dos, comme occupées à l’examen de leurs propres intériorités, soulevant en nous des questionnements basiques de découvertes : qui est –elle ? que fait-elle ? à quoi pense-t-elle ? que cherche-t-elle ?

Juste quelques questions simples qui occupent une grande partie de nos vies…

Add your comment


85670 La Chapelle Palluau, France
06 61 21 09 29
pierreyvesgervais@hotmail.com